En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus.

Actualités

Une journée de lutte contre les discriminations

Le 10 mars 2016

Ce rendez-vous clôturait un cycle de douze rencontres organisées par Le Grand Narbonne à IN'ESS, dans le cadre de son plan territorial de lutte contre les discriminations.

Chaque mois, pendant un an, des petits-déjeuners ont été organisés sur le sujet : « Discriminations : et si on en parlait… Diversité : si on la construisait… ».
Ces rencontres ont permis d’aborder la discrimination sous toutes ses formes, liée aux origines, à l’égalité homme-femme, la préférence sexuelle, l’âge, l’apparence physique, etc.
L'intolérance et le refus de la différence génèrent des difficultés nombreuses, notamment pour l’accès au logement, aux services, à l’emploi, aux soins...

La journée du 10 mars était consacrée à la mise en œuvre d’un nouveau plan d’actions en matière de lutte contre les discriminations, avec les partenaires du Contrat de Ville du Grand Narbonne.
En l'occurrence, deux thématiques étaient abordées :
- le matin, Isabelle Herpe, Vice-présidente du Grand Narbonne déléguée à la Politique de l’habitat ouvrait la séance sur la thématique des discriminations liées au lieu de résidence,
- l’après-midi, Guillaume Heras, Vice-président du Grand Narbonne délégué à l’Environnement et aux Nouvelles technologies introduisait la thématique de la liberté d’opinion et de croyances au travail.

Comme pendant les rendez-vous précédents, il s’agissait pour les intervenants de travailler avec différents profils de public, notamment sur :
- la réalité des discriminations,
- les enjeux de la diversité,
- le cadre légal en matière de discriminations,
- les bonnes pratiques ainsi que les risques encourus en cas de discrimination.

Fréderic Callens, chef du bureau de la prévention et de la lutte contre les discriminations au Commissariat général à l’égalité des territoires, et Yolande Eskenazi, conseillère technique territoriale PACA/Languedoc-Roussillon auprès du Défenseur des droits, co-animaient les échanges.