Actualités

Territoire d’innovation

Le 19 décembre 2017

Le Grand Narbonne rayonne à l’international avec le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement de l’Inra

Photo (de g. à d.) : Diana Garcia Bernet, Ingénieure LBE-Inra, Romain Cresson, Chercheur LBE-Inra, Guillaume Heras, Vice-Président du Grand Narbonne délégué aux Ressources Humaines, Mutualisation et Environnement, Tristan Lamy, Vice-Président du Grand Narbonne délégué à l'Innovation, la Transition énergétique, l'Enseignement supérieur, la Recherche, l'Economie Sociale et Solidaire, et aux Nouvelles technologies, Jacques Bascou, Président du Grand Narbonne, et Nicolas Bernet, Directeur de recherche, Directeur du LBE-Inra.

Le Grand Narbonne investit dans le développement économique, l’enseignement supérieur, la recherche et l’entrepreneuriat, en créant notamment des passerelles collaboratives pour favoriser l’innovation.
Cette stratégie s’appuie en particulier sur les centres de recherche nationaux et internationaux installés sur le territoire, tels le Laboratoire des Biotechnologies de l’Environnement (LBE) de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), Pech Rouge et Inra Transfert Environnement (IT-E).

Le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement (LBE) de l’Inra et sa Business Unit Transfert Environnement (IT-E) font aujourd’hui référence à l’international dans le secteur des éco-industries, notamment en matière de dépollution et de valorisation des effluents liquides, des résidus solides ou des biomasses (méthanisation). De nombreuses PME-PMI et grands groupes industriels leur confient travaux d’essai, expérimentations et missions d’accompagnement technologique.

Le LBE-Inra primé et reconnu internationalement pour ses recherches

En novembre, le LBE-Inra, antenne du centre Inra Occitanie-Montpellier, a été primé à l’occasion de la cérémonie des Lauriers de l’Inra, qui récompensent l’engagement et les résultats de travaux dans des domaines de la recherche agronomique, en présence de Stéphane Travert, Ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, et Philippe Mauguin, président directeur général de l’Inra.

Le LBE a reçu le Laurier collectif « Impact de la recherche », pour les travaux de l’ensemble de l’équipe, qui ont eu un retentissement mondial remarquable. Le LBE cherche aujourd’hui à transformer les déchets des activités humaines en ressources, en effectuant des recherches pionnières dans la dépollution d’effluents agroalimentaires et dans l’optimisation de ces procédés pour produire du méthane, une bioénergie. Au-delà de l’intêret écologique de ces recherches, le LBE-Inra souhaite être un véritable levier de croissance économique en lien avec le monde de l’entreprise : en témoignent ses partenariats avec Suez et le futur BioResourceLab bientôt implanté à Narbonne, avec Naskeo, start-up créée à partir d’un brevet du LBE spécialisée dans la conception et la construction d’unités de méthanisation ou encore BioEnTech, start-up spécialisée dans le domaine de la méthanisation.

La valorisation des déchets, un axe majeur de l’économie circulaire en Grand Narbonne

Le LBE développe des bioprocédés de traitement, et la valorisation par voie biologique de la matière organique issue des résidus agricoles et agro-alimentaires, des déchets ménagers et des boues des stations d’épuration. Le laboratoire travaille en particulier sur la méthanisation, qui permet de valoriser la matière organique en associant dépollution, production de bioénergie et de matières fertilisantes.

Une biotechnologie au centre, notamment, du futur Ecopôle Suez/Grand Narbonne, un site dédié à la gestion et à la valorisation des déchets, constitué d’un centre de tri, doté des dernières innovations technologiques en matière de tri automatisé, du BioResourceLab, laboratoire de recherche dédié à la valorisation des déchets organiques qui accueillera une quinzaine de chercheurs, et du centre de stockage des déchets. Économie circulaire et nouvelles ressources créées à partir des déchets seront au cœur du dispositif industriel de l’activité.