Actualités

Distillerie Sud Languedoc : le choix de l’innovation

Le 18 novembre 2014

Le Grand Narbonne valorise les filières d’excellence de son territoire, parmi lesquelles la filière vigne/vin. La collectivité soutient l’innovation, facteur clé de réussite et de compétitivité, et a engagé un partenariat avec des centres de recherche, notamment le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement-INRA (LBE) hébergé au cœur du Parc Méditerranéen de l’Innovation situé à La Coupe - Narbonne.

La Distillerie Sud Languedoc, un acteur industriel en adaptation permanente

Rencontre le 18 novembre à Narbonne, au Parc Méditerranéen de l’Innovation - Halle de Biotechnologie de l’INRA.

Depuis 1907, la distillerie joue un rôle important dans le traitement des sous-produits vinicoles. Cependant, suite à la dérégulation du marché des alcools en 2008, la Distillerie Sud Languedoc doit optimiser la valorisation des marcs et lies de vin pour développer sa rentabilité tout en abaissant ses charges. Alcool, polyphénols, colorants naturels, pépins de raisins... L’entreprise qui souhaite développer un modèle d’économie circulaire, s’appuie sur la recherche pour diversifier la valorisation de la biomasse et s’ouvrir sur d’autres débouchés.

L’innovation, un levier incontestable au service de la compétitivité de l’entreprise

La Distillerie Sud Languedoc comprend 2 établissements situés à Ornaisons et à Sigean. Ces deux unités ont su s’adapter aux évolutions réglementaires et capter les volumes nécessaires à la pérennisation de l’activité. Pour maintenir sa compétitivité, la distillerie doit à nouveau innover. En s’appuyant notamment sur les perspectives ouvertes par la croissance verte, elle s’oriente vers la création d’un nouveau modèle de bioraffinerie.

Un partenariat avec le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement (LBE) INRA.

Leader en matière de bioénergies et bioraffinerie environnementale, le LBE centre ses recherches sur la valorisation des rejets de l’activité humaine (effluents liquides, résidus solides ou biomasse).
La Distillerie Sud Languedoc a créé un partenariat avec le LBE portant sur 2 volets :
- la méthanisation des vinasses et marcs (INRA-Transfert Environnement)
- la valorisation des polyphénols (LBE et Unité expérimentale Pech Rouge). L'Unité Expérimentale de Pech Rouge (UEPR) est la seule structure d’expérimentation et de transfert INRA à vocation recherche intégrée viticulture-oenologie, et focalise ses recherches sur diverses thématiques dont l'une concerne la valorisation des coproduits, l'extraction de molécules et les impacts environnementaux.

Vers un modèle de bioraffinerie, démarche exemplaire d’économie circulaire

Pour mettre en œuvre sa stratégie globale d’optimisation des matières, la Distillerie Sud Languedoc s’est appuyée sur un diagnostic qui a dégagé 5 pistes.
- La Méthanisation (2006 - 2016) : un partenariat avec INRA-Transfert Environnement
Consciente du potentiel de ses effluents, la Distillerie Sud Languedoc travaille sur la méthanisation depuis 2006.
En 2012, l’entreprise a créé un partenariat avec INRA Transfert Environnement et lui a commandé une étude de faisabilité sur la méthanisation des vinasses et des marcs. ITE propose alors l’exploitation d’un brevet sous licence INRA, qui permet la méthanisation d’un mélange liquide et solide.
De l’expérimentation à la phase pré-industrielle
ITE travaille dans un premier temps à l’échelle de pilotes de 5 à 10 litres. Objectif : adapter le procédé aux spécificités de la matière fournie par la distillerie.
En juillet dernier, les conclusions de l’étude sont rendues et un brevet, en co-propriété avec Sud Languedoc et l’INRA, est en cours de dépôt.
Des résultats encourageants qui conduisent Sud Languedoc à projeter le test du procédé à une échelle pré-industrielle. Aussi, un démonstrateur de 100 à 200 litres sera fabriqué en 2015.
- La valorisation des polyphénols, une collaboration de recherche avec l’INRA (LBE et INRA Pech Rouge)
Afin de valoriser les potentiels liés à l’exploitation d’un marc à l’état brut, Sud Languedoc a passé un contrat de collaboration de recherche avec l’INRA (LBE et l’Unité Expérimentale Pech Rouge) labellisé par l’Institut Carnot* 3BCAR (Bioénergies, Biomolécules et Biomatériaux du Carbone Renouvelable).
*Institut Carnot : réseau de recherche pluridisciplinaire national à fort ancrage territorial, pour le partenariat avec les entreprises et le transfert technologique).
L’objectif de cette étude est d’analyser les multiples ressources du marc. Une étape qui permet d’optimiser l’extraction et la séparation des composés phénoliques et de les orienter vers les processus de valorisation les plus adaptés. L’entreprise a également bénéficié de l’accompagnement de la CCI et de Transferts LR afin de mobiliser une aide à la faisabilité technologique (AFT) et intégrer le programme SMARTEC.
- Vers la mise en place d’une chaudière à pépins de raisins
Poste majeur des dépenses de son activité, la consommation d’énergie est au centre des préoccupations de la distillerie.
En effet, la distillation est actuellement alimentée par une chaudière à gaz. Aussi, l’entreprise étudie la possibilité de créer une chaudière biomasse alimentée en pépins de raisins.
Une façon d’optimiser cette matière aujourd’hui valorisée en huile alimentaire.
- Photovoltaïque
Sensible à tous les aspects de la transition écologique, Sud Languedoc va doter son hangar d’une couverture photovoltaïque. Ce projet sera réalisé en partenariat avec GDF Suez.
- Compostage
En fin de parcours, la biomasse est compostée. Ce compost pourrait être amélioré avec un mélange de fumier et de déchets verts.

Vers une plus grande diversification de la valorisation des marcs et lies de vins

- L’alcool pur : pour la production d’eau de vie, Brandy, vins cuits, alcool ménager, alcool médical, gel désinfectant pour les mains, adjuvant aux super sans plomb, etc.
- Les polyphénols : pour leur pouvoir antioxydants dans la cosmétique ou comme complément alimentaire.
- Les anthocyanes : des colorants naturels utilisés dans l’industrie agroalimentaire. On les retrouve entre autres dans le chocolat, le lait et les sodas.
- Les pépins de raisins : pour la production d’huile alimentaire.
- Le compost : issu de la matière organique résiduelle, le compost est rétribué aux adhérents. Une part du compost est normé AFNOR 44051 pour être vendu à tous publics.

La valorisation de la biomasse en circuits courts locaux, un positionnement fort de l’entreprise.

Ses deux implantations géographiques lui permettent d’être au plus près des gisements roussillonnais, littoral et des Corbières.
Les matières premières doivent être concentrées sur des plateformes pour être traitées. Aussi, la proximité des gisements limite les charges liées au transport.